À quoi ressemble la valise de maternité des mamans à travers le monde ?

Valise de maternité en Tanzanie © WaterAid/Anna Kari

L'association caritative Water Aid, qui lutte pour l'accès à l'eau potable dans le monde a demandé à des mamans partout dans le monde de partager ce qu'elle emmenait dans leur valise de maternité. Une manière de dénoncer les conditions d'hygiène et d'accès à l'eau qui sont bien différentes en fonction du pays où on vit.

Bodys, pyjamas, vêtements confortables, doudou, nécessaire des toilette, couverture ou encore turbulette… Voilà ce que l'on peut trouver habituellement dans le sac que l'on emmène à la maternité. Mais qu'en est-il dans les autres pays du monde ? L'association caritative britannique WaterAid, qui lutte pour que tout le monde puisse avoir accès à l'eau potable, a demandé à plusieurs mamans à travers la planète de montrer l'intérieur de leur valise de maternité, dans le cadre d'une grande campagne internationale, Deliver Life.

Même si des similitudes sont notables, notamment les vêtements pour bébé, les couvertures ou encore les bouteilles d'eau, ces photos de l'intérieur des valises de maternité montrent la différence entre les différents pays et cultures. Ces mamans tiennent compte des conditions d'hygiène et de l'accès à l'eau potable pour compose leur valise.

Sea'da, Éthiopie

La jeune femme attend son premier enfant. Dans sa valise on trouve des sous-vêtements propres, une robe ample et des bandes de tissu de coton qui lui serviront de couches pour son nouveau-né. Elle a également apporté une serviette pour porter son bébé. "À la maison, nous partageons le robinet et les toilettes avec nos propriétaires. Vu l'état, ça pourrait s'écrouler d'une minute à l'autre, mais j'ai réussi à faire avec" raconte Sea'da.

 

Copyright : WaterAid/Behailu Shiferaw

 

 

 

 

 

Hazel, Zambie

Sans eau potable, les sages-femmes ne luttent pas juste pour laver leurs mains entre les divers accouchements. Elles doivent aussi garder leurs instruments propres, tout comme les matelas. La clinique où Hazel accouchera dans le district de Monze n'a pas l'eau potable, la jeune femme a donc amené une bassine pour se laver. Elle a également amené des sacs en plastique noirs pour recouvrir le matelas lors de son accouchement et réduire les risques d'infection.

Copyright : WaterAid/Chileshe Chanda

Katy, Australie

Katy a suivi scrupuleusement la liste des articles recommandé pour la naissance et donné par la maternité, parmi lesquels un nécessaire de toilette, des collations et des huiles de massages pour se détendre.

"L'hôpital m'a très bien tenu informé et je pense être dans de bonnes dispositions et savoir ce qui m'attend." "Je ne me suis jamais posé de questions sur l'hygiène, car je sais que partout en Australie on trouve des installations hygiéniques. L'hôpital est un environnement très propre et stérile" raconte Katy.

"C'est incroyable que des femmes soient aux prises avec un stress quotidien pendant leur grossesse et sur leur perspective d'accouchement, avec en fond, le fardeau de collecter de l'eau" ajoute-t-elle.

 

Copyright : WaterAid/James Grant

 

Deanna, États-Unis

Deanna espère accoucher naturellement, sans péridurale. Dans son sac on trouve donc de nombreux produits pour l'aider à surmonter la douleur comme un lecteur de musique, des huiles de noix de coco et de lavande ou encore du gel Arnica.

 "Je suis très chanceuse de vivre à proximité d'un hôpital, où je peux me rendre en marchant. Être enceinte nous permet de prendre conscience que nous sommes très chanceuses d'avoir de grands centres de naissance et de l'eau potable. Vous voulez le meilleur pour votre bébé et il est dévastateur de penser aux dangers tels que de l'eau contaminée ou des installations sanitaires non hygiéniques" raconte Deanna.

Copyright : WaterAid/Deanna Neiers

Kemisa, Ouganda

À Kampala, la future maman Kemisa a assisté à des cours prénataux chaque lundi. Sa sage-femme a été claire sur ce qu'elle devait apporter avec elle pour le grand jour. En plus de ses propres draps pour le lit, des lames de rasoir à utiliser lors de la délivrance, des gants et du coton. Elle apporte également un désinfectant pour nettoyer la pièce après la naissance de son bébé ainsi qu'un seau et une bassine pour se laver et servir de toilette d'urgence.

"Les toilettes sont en dehors de la pièce. Ils sont propres, mais ce ne sont pas des toilettes avec de l'eau. J'utilise toujours le seau" explique Kemisa.

Copyright : WaterAid/James Kiyimba

Zaituni, Tanzanie

Zaituni est arrivé à l'hôpital sur une moto louée par son mari pour la journée. Elle portait une bassine, un seau et quelques vêtements. Après un accouchement compliqué, elle a fait une septicémie – infection potentiellement mortelle qui peut être causée par un manque d'eau potable et un environnement malsain. Heureusement, le personnel a été en mesure de lui administrer des antibiotiques et lui faire une transfusion de sang, ce après quoi elle a pu récupérer. Mais malheureusement, toutes les mamans qui contractent une septicémie à Kiomboi n'ont pas la même expérience.

"Le bébé n'a pas de vêtements. Nous l'enveloppons seulement avec des tissus. Quand ils sont sales, ma sœur les lave. L'eau n'est pas sûre. Elle semble laiteuse" détaille la jeune femme.

Copyright : WaterAid/Anna Kari

Takako, Japon

Au Japon, Takako recevra des couches, des pyjamas et des vêtements pour son nouveau-né, tandis qu'elle sera en salle de travail, dans le cadre des honoraires hospitaliers qu'elle a payés. Les vêtements qu'elle a amenés dans sa valise seront ceux utilisés pour la sortie de l'hôpital.

"Quand j'ai donné naissance à mon premier enfant, j'ai dû apporter ces affaires avec moi. Mais cette fois-ci, ils sont inclus dans les frais. Ce sera utile et je ne vais pas à avoir à me soucier du lavage" explique-t-elle.

"Les mères peuvent prendre une douche à l'hôpital dès le lendemain de l'accouchement. Je me sens vraiment chanceuse de donner naissance au Japon en termes d'eau et d'assainissement" conclue-elle.

Copyright : WaterAid

Joanna, Royaume-Uni

Au Royaume-Uni, il y a deux points importants dans la valise de maternité de Joanna : son dossier médical et la couverture donnée par sa mère pour ramener son bébé à la maison.

"La chose la plus importante dans ce sac c'est la couverture. C'est la même avec laquelle ma mère m'avait ramené à la maison lors de ma naissance" raconte Joanna.

"Ma sœur a suggéré d'amener quelque chose pour pouvoir consommer de l'eau facilement pendant le travail, j'ai donc apporté une bouteille d'eau. Je vais l'amener vide, car je suppose que je pourrais la remplir quelque part dans l'hôpital" ajoute la jeune femme.

"J'ai apprécié de faire ma valise. C'est comme un cadeau de bienvenue pour donner au bébé le meilleur départ possible" conclue Joanna.

Copyright : WaterAid/John Neiers

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...